Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

logo_figaro_vin.jpg

Sites et Blogs amis

Facebook

S'abonner à lombrebouchon sur Twitter

 

aldbcavedaguerre.jpg

/ / /

 

Retrouvez ici les articles et dégustations sur la Bourgogne

 

Envoûtante, mystérieuse et tellement complexe. Pour beaucoup d’amateurs, la Bourgogne est un paradis. Comment peut-on avoir de telles différences entre des parcelles si proches alors qu’on ne travaille qu’avec deux cépages sauf exception ?

C’est ce que l’on tente toujours de comprendre aujourd’hui. Et dire que les moines ont délimité les terroirs, il y a plus de mille ans parfois !

Une centaine d’appellations, des milliers de parcelles, et tout cela dans moins de 30000 hectares.

Côté couleur, c’est 2/3 de blanc et le reste en rouge. Effervescents, liquoreux et rosés restent des exceptions sur ces terres.

 

Histoire :

La vigne apparaît en Bourgogne au moins au IVème siècle. C’est vers l’an 600 que tout va s’intensifier avec le don de terres aux communautés religieuses. Les plus fameux, les bénédictins vont vite posséder pas mal de terres en Côte d’or.

Les différentes abbayes vont travailler la terre avec un grand souci de qualité. La recherche des meilleures parcelles est au centre de leurs préoccupations. Simplement en goûtant la terre, ils vont délimiter les terroirs que nous connaissons aujourd’hui.

La région est aussi marquée par l’an 1395 où Philippe le Hardy, duc de Bourgogne, décide l’arrachage du gamay, ce « plant déloyal ». Le pinot noir sera désormais l’unique maître des lieux pour le rouge.

La région connaît des sommets au XVIIIème siècle quand les grandes maisons de négoce commencent à s’installer à Beaune. La révolution va radicalement changer la donne. Toutes les terres appartenant à l’église sont confisquées comme bien nationaux et vendues aux enchères. De grandes familles vont se constituer de superbes vignobles et le vignoble va se trouver encore plus morcelé.

Les grands négociants ont désormais un rôle majeur dans la région, mais depuis quelques années, les vignerons reprennent la main.

 

Géographie :

La région est une longue bande étroite qui va de Dijon à Mâcon sur environ 150 Km. Le chablisien est lui plus au nord-ouest, à côté d’Auxerre.

Le climat est continental, rigoureux l’hiver, mais pas forcément chaud l’été. Les millésimes sont très marqués dans la région.

Les sols sont à grande majorité, calcaires. Les vignes sont installées sur les coteaux formés par les pré Alpes et sont orientées au levant.

Les meilleures sont situées en milieu de coteau.

 

Cépages :

Si la Bourgogne peut paraître compliquée au premier abord, elle est très simple en matière de cépages.

Les rouges sont obtenus à partir de pinot noir, les blancs à partir de chardonnay.

Seuls deux autres cépages tentent de subsister : le gamay en rouge, qui n’intervient plus que dans l’élaboration du passe tous grains et l’aligoté en blanc. Ce dernier a longtemps survécu dans les grands vins, notamment sur le grand cru Corton Charlemagne.

Le césar (rouge) et le sauvignon se trouvent exceptionnellement dans le chablisien.

 

Le classement :

Contrairement au bordelais, il s’agit d’un classement des terres. Ce système commence à être copié en Alsace et est le mieux placé pour s’étendre à d’autres vignobles. Il comporte quatre niveaux :

-Les vins régionaux (Bourgogne). Plus de 60% des vins.

-Les vins communaux (Gevrey-Chambertin). 25% des vins.

-Les premiers crus (Gevrey-Chambertin 1er cru Clos Saint Jacques). 11% des vins.

-Les grands crus (Chambertin). 1 à 2% du vignoble.

 

Les sous régions :

La Bourgogne est formée par 4 grands ensembles :

-Le Chablisien, l'Auxerrois.

-La côte d’or : Côte de Beaune et Côte de Nuits.

-La côte chalonnaise.

-Le Mâconnais.

 

Retrouvez ici les articles et dégustations sur la Bourgogne

 

Partager cette page

Published by